En quarantaine dans le bordelais : le lazaret de Trompeloup

Savez-vous comment s’effectuait le confinement il y a deux siècles ?

Comment luttait-on contre des épidémies dramatiques qui se propageaient à travers le monde en faisant des centaines de milliers de morts ?
On n’avait ni vaccin, ni médicaments antiviraux, ni virus informatiques bien sûr. Mais déjà les vrais virus (on parlait plutôt de miasmes, de maladies, ou de « pestes ») circulaient d’un continent à l’autre en semant la peur et la désolation.

Représentation de l’épidémie de choléra au xixe siècle dépeignant la propagation de la maladie sous forme d’air toxique.

Une représentation des « miasmes »

Et au jour le jour, déjà, on comptait le nombre de nouveaux cas et le nombre de morts dans les vingt-quatre heures.

Mais depuis très longtemps, on soupçonnait les modes de transmission, et la distanciation, les mesures barrière étaient déjà reconnues comme utiles, et plus ou moins appliquées. Les mesures d’hygiène, le lavage fréquent des mains étaient déjà recommandés.
Et des mesures sanitaires plus contraignantes étaient mises en oeuvre, dans le nouveau monde comme dans l’ancien monde.
Les bateaux en provenance de pays contaminés étaient mis en quarantaine, et les voyageurs isolés dans des lazarets. Découvrez les mesures sanitaires, la surveillance des frontières terrestres et des côtes, et l’arme principale : la mise en quarantaine pour les voyageurs.
Retrouvons les traces des lazarets de notre région.
Retrouvons la riche histoire du lazaret de Trompeloup, dans le Médoc, qui a protégé le port et la ville de Bordeaux.
Comment avoir choisi cet endroit ? Comment concevoir les bâtiments pour que les quarantenaires ne s’échappent pas, et pour que les maladies ne se transmettent pas d’un équipage à l’autre ? Comment décontaminer les marchandises ?
Comment surtout protéger les soignants, le personnel de service et la population locale contre la transmission des virus ?

Retrouvons l’estuaire, l’île de Patiras, ainsi que la rade, l’appontement et le site de Trompeloup. Rappelons-nous la riche histoire de ce site, son développement portuaire et industriel, son devenir pendant la première et la deuxième guerre mondiale. N’oublions pas les militaires français, allemands ou américains passés par là. N’oublions pas non plus les personnages célèbres, scientifiques, politiques ou militaires qui sont venus sur ce site.

Et puis redécouvrons l’estuaire et ses îles éphémères, les carrelets qui animent ses rives, le passage des bateaux de toutes tailles, l’activité de ses ports.
Et tout près, à proximité, les fameux vignobles de Pauillac et de Saint-Estèphe, et les châteaux les plus prestigieux, classés depuis 1855, qui ont vu naître et disparaître ce lazaret de Trompeloup.

Si vous ne l'avait pas encore visionné, aller voir la vidéo de cette présentation mise en ligne sur le compte Youtube de l'association, à retrouver ici
Vous pouvez également la vidéo complète (environ 24 minutes) sur la page Facebook de l'association

Le confinement en 2020 devrait toucher à sa fin, en attendant n'hésitez pas à lire d'autres coups de coeurs des guides de l'Association des Guides de Nouvelle-Aquitaine ! 

Mots-clés: Nouvelle-Aquitaine , Gironde , confinement , épidémie

agica logo

Macaron Adhérent 2020 OTCBM

Nous suivre sur les réseaux

         

Affichage du Logo Mon Guide Agica